Aperçu sur les solutions de conservation du fourrage

Le fourrage est une denrée précieuse pour les éleveurs. Ces amas de végétaux servent en effet à nourrir le bétail pendant l’hiver ou la saison sèche. Dans ce contexte, la conservation de cette source de nourriture préoccupe les fermiers. Heureusement, plusieurs techniques ont vu le jour. Toutefois, l’enrubannage se démarque en raison de sa capacité à limiter les pertes.

Les méthodes classiques employées dans ce domaine

Les éleveurs ont depuis longtemps conservé le fourrage à l’abri de l’humidité et des rayons du soleil. Cela suffit en effet pour transformer cette matière végétale en foin. Le procédé consiste à sécher l’herbe de sorte à le protéger de la putréfaction et d’une fermentation accélérée. Dans cette optique, de nombreux fermiers transportent tout simplement la nourriture destinée au troupeau dans la grange. Ce bâtiment a été spécialement pensé pour ce genre d’utilisation. Au sein des grands élevages, la température, l’hygrométrie et même le niveau d’ensoleillement sont scrupuleusement mesurés afin de préserver la valeur nutritive du fourrage.

Malgré tout, cette solution n’est pas adaptée au climat européen. Il est pratiquement impossible de réguler l’humidité dans un espace semi-ouvert. À cause de cet inconvénient, on perd une grande quantité de matière sèche. Ce qui oblige l’éleveur à étendre progressivement les parcelles destinées à la culture fourragère. Pour réduire les pertes, les spécialistes de l’élevage utilisent des inhibiteurs de moisissures. Pourtant, ces produits ne révèlent leurs pleins potentiels que dans un milieu anaérobie. D’où l’intérêt croissant que les fermiers portent à l’ensilage et à l’enrubannage.

Les méthodes de conservation modernes

La plupart des éleveurs conservent le fourrage grâce à l’ensilage. Cette technique consiste à stocker dans un silo creusé à même le sol. L’herbe est mélangée avec des substances acidifiantes afin d’éviter sa putréfaction. Elle sera également compactée puis recouverte d’un film plastique pour la protéger du rayon du soleil. Cette méthode de conservation par voie humide offre de meilleurs rendements, mais exige un certain investissement. Le fermier doit créer les infrastructures nécessaires et avoir certaines notions dans ce domaine. Ces désagréments ont poussé des agronomes à développer une autre technique.

Aujourd’hui, l’enrubannage gagne du terrain dans le secteur de l’élevage. Bien que ce procédé reprenne les principes de l’ensilage, il est bien plus pratique puisqu’aucun silo n’est requis. Il suffira d’emballer le fourrage avec des films étirables destinés à cet usage. Ainsi, on peut conditionner les produits fourragers en de simples balles. De quoi économiser de l’espace et faciliter leur transport au quotidien.

Un film enrubannage est fabriqué avec une matière plastique résistante et imperméable aux rayons UV. Ces emballages d’un autre genre existent en plusieurs variétés. Pour connaitre les spécificités de ces articles, il convient de solliciter un fournisseur spécialisé. Dans tous les cas, ils donnent les moyens de préserver la valeur nutritive de fourrage et d’optimiser le stockage de l’herbe fraichement fauchée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *