L’importance d’avoir un défibrillateur automatisé externe ou DAE

Une personne qui perd connaissance dans la rue, qui s’effondre dans un café ou un centre commercial, qui est en arrêt cardiorespiratoire au supermarché… Les situations dans lesquelles le défibrillateur peut sauver une vie sont multiples et surtout imprévisibles. En plus du massage cardiaque, l’utilisation de l’appareil avant l’arrivée des pompiers ou du Samu augmente les chances de réanimation de la personne en arrêt cardiaque.

Qu’est-ce qu’un défibrillateur automatisé externe ?

Le défibrillateur automatisé externe est de plus en plus présent dans les ERP (établissements recevant du public) comme les cafés, les restaurants ou les centres commerciaux. Cet appareil portable vérifie le rythme cardiaque, puis envoie un choc électrique pour rétablir le rythme normal. Cela permet d’augmenter les chances de réanimation et de survie d’une personne qui s’effondrerait à cause d’un arrêt cardiorespiratoire.

Par le biais des électrodes autocollantes, le DAE calcul le choc électrique nécessaire. C’est en fonction de cette donnée que l’appareil donne alors des indications claires à l’utilisateur.

Il est important de rappeler que tant que les électrodes ne sont pas en place, les compressions thoraciques ne doivent pas être interrompues. Pour des raisons de sécurité, il faut éviter de toucher la peau de la victime pendant que le DAE envoie les chocs électriques. Par ailleurs, il est déconseillé d’utiliser le défibrillateur dans un environnement potentiellement explosif (chargé en oxygène u en gaz, par exemple). D’autres informations sur cet appareil sont à retrouver sur https://www.le-defibrillateur.com/.

Un élément-clé de la chaîne de survie

Les actions et les réflexes nécessaires pour prendre en charge les urgences médicales constituent ce que l’on appelle la chaîne de survie. En l’occurrence, ces urgences médicales sont la crise cardiaque, l’arrêt cardiorespiratoire, l’AVC et une obstruction des voies respiratoires par un corps étranger.

Il existe quatre éléments-clés de la chaîne de survie :

  • Accès rapide au système d’intervention d’urgence
  • RCP (réanimation cardiopulmnaire) rapide pour favoriser la circulation sanguine vers le cœur et le cerveau jusqu’à ce que l’activité cardiaque normale soit rétablie
  • Défibrillation rapide pour traiter un arrêt cardiaque provoqué par une fibrillation ventriculaire
  • Prise en charge rapide par le personnel hospitalier

Toute personne formée à la RCP peut se servir éventuellement du défibrillateur automatisé externe. Il est important de rappeler qu’une personne pour laquelle on n’aura pas utilisé de défibrillateur a beaucoup moins de chances de survivre à son attaque. Certains patients décèdent même sur la route vers les urgences ou avant l’arrivée des secours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.