Tout ce qu’il faut savoir sur l’incontinence d’effort chez la femme

Chez une femme, lors des efforts, il est possible d’avoir une fuite involontaire sans aucune sensation de besoin d’uriner, c’est ce qu’on appelle l’incontinence urinaire d’effort. Il s’agit de l’augmentation de la pression abdominale durant un effort, comme le soulèvement d’une charge par exemple, la toux ou toute autre activité physique pouvant entrainer une fuite d’urines. Il faut noter que l’incontinence d’effort a un rapport direct avec un dysfonctionnement du système ligamento-musculaire qui assure la fermeture du canal de l’urètre.

Les mécanismes à l’origine de l’incontinence urinaire d’effort

  • L’incontinence urinaire féminine d’effort peut survenir suite à la perte du support anatomique de la base de la vessie et de la portion initiale de l’urètre. Ce support anatomique est chargé d’assurer un appui pour la base de l’urètre et de la vessie comme un « hamac », durant l’élévation de pression abdominale qui survient lors d’un effort. Par la suite, le col de la vessie chute vers le bas. Ainsi, le médecin spécialiste évoquera une hypermobilité urétrale ou une chute du col vésical.
  • L’insuffisance sphinctérienne peut aussi être à l’origine de l’incontinence urinaire d’effort. Le col vésical se caractérise par un sphincter, ce muscle circulaire, qui permet l’ouverture et la fermeture de celui-ci au moment de l’émission des urines. Le sphincter joue alors le rôle d’un « robinet ». L’insuffisance sphinctérienne se définit par une altération du fonctionnement de l’appareil sphinctérien de la vessie (sphincters lisses et striés), qui dans ce cas ne joue plus son rôle de fermeture.

La pression abdominale

En général, c’est lors des efforts que les fuites urinaires surviennent. Même une simple toux peut entrainer une pression suffisante pour que le sphincter lâche prise et ouvre ainsi l’urètre.

Fuites urinaires

Les muscles du périnée et le sphincter deviennent faibles dans le cas d’une incontinence d’effort. De ce fait, ils ne sont plus en mesure d’assurer leur fonction de contrôle. En effet, la pression abdominale exercée sur le périnée lors d’un effort est supérieure à sa résistance.

Les causes de l’incontinence urinaire d’effort

Les causes de l’incontinence urinaire d’effort sont nombreuses et sont parfois associées entre elles. Elles peuvent être traitées par un chirurgien gynécologue spécialisé comme le Dr Velemir à Nice.

Les traumatismes obstétricaux

Particulièrement pendant la grossesse et l’accouchement le périnée des femmes se détériore et engendre une incontinence temporaire. C’est souvent les femmes qui ont mis au monde un bébé dépassant les 4 kilogrammes sont souvent victimes de ce type de phénomène. Le nombre de grossesses et les éventuelles déchirures périnéales qui sont survenues pendant l’accouchement sont des facteurs de risques en plus pour la femme. Durant l’accouchement, plus le périnée est sollicité, plus la possibilité de provoquer une incontinence d’effort est grande. D’après certaines recherches scientifiques, de nombreux facteurs comme un accouchement par le siège, un poids important du nouveau-né ou un périmètre crânien élevé peuvent très certainement augmenter les risques d’incontinence à l’effort.

La ménopause

La ménopause compte aussi parmi les causes les plus courantes d’une incontinence effort. En effet, les modifications hormonales qui l’accompagnent sont responsables d’une atrophie vulvo-vaginale et de la muqueuse urétrale, d’une diminution de la sensibilité du sphincter lisse. Ce sont tous des facteurs qui peuvent nuire à l’efficacité du mécanisme sphinctérien et de support de la vessie et de l’urètre.

La toux chronique et le tabagisme

Les femmes qui fument s’exposent 2 à 3 fois plus de risques d’avoir une incontinence effort par rapport aux femmes qui ne fument pas.

L’activité sportive et professionnelle

Comme l’incontinence est directement liée à l’état du périnée, certaines professions qui impliquent le port de lourdes charges ou encore la pratique de sports, comme l’athlétisme, nécessitant de fortes poussées abdominales répétées peuvent très certainement causer des fuites urinaires ou une incontinence effort.

La constipation

La constipation est une autre cause non négligeable de l’incontinence effort. En effet, les augmentations de pression abdominales qu’elle entraine par les poussées répétées au moment de la défécation ont un retentissement sur le plancher pelvien assurant le maintien de la vessie et de l’urètre.

Les causes de l’incontinence urinaire par impériosité

Il existe plusieurs causes de l’incontinence urinaire par impériosité, dont les causes neurologiques et urologiques.

Les causes neurologiques

Tout type de pathologie neurologique pouvant détériorer la voie de contrôle neurologique de la vessie peut être à l’origine d’impériosités. C’est surtout le cas chez les patients touchés par la sclérose en plaques et la maladie de Parkinson.

Les causes urologiques

L’impériosité peut survenir suite à une irritation de la muqueuse vésicale. On peut constater plusieurs causes d’irritation vésicales comme la cystite infectieuse classiquement appelée infection urinaire basse, la cystite secondaire à une radiothérapie pelvienne, la cystite interstitielle et la cystite liée à la présence d’un calcul vésical entre autres. Il est aussi possible que l’irritation vésicale soit provoquée par une tumeur de la vessie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *